mercredi 23 mars 2011

Amaigrissement, chirurgie de l'obésité, et après?

Le surpoids et plus particulièrement l’obésité est un facteur de risque sur la santé (problème cardio vasculaire, hypertension artérielle, diabète…), diminuant l’espérance de vie.
Par ailleurs, les sujets obèses voient leur qualité de vie déclinée, avec un inconfort physique et des problèmes articulaires.
La chirurgie de l’obésité, également appelée chirurgie bariatrique (anneau gastrique, bypass, sleeve gastrectomie…), donne de très bon résultat et tant à se développer.

La perte de poids obtenue par la chirurgie de l’obésité n’est pas une fin en soi mais une étape vers un mieux-vivre et doit s’inscrire dans une démarche globale, comprenant un travail psychologique, alimentaire et corporel (chirurgie et activité physique).
En effet, l’obésité traitée et le facteur de risque éliminé, il n’en reste pas moins une gêne fonctionnelle, sociale et esthétique, pouvant entraîner une souffrance psychologique.
L’amaigrissement se solde par une déformation des caractéristiques morphologiques, lié à une peau distendue qui a perdu son élasticité. avec des conséquences sur la perception de l’image de soi difficile à accepter.
Après une importante perte de poids, la peau en excès retombe au niveau du tronc et de l’abdomen (besace ou tablier abdominale), des seins et de la racine des cuisses et des bras.
Ainsi, malgré l’amaigrissement, l’aspect du corps est décevant et il ne correspond pas aux attentes du patient. Cette déception est d’autant plus grande que la perte pondérale est importante.
Par ailleurs, les répercussions fonctionnelles telles que la macération des plis, les difficultés à se vêtir et à se mouvoir sont invalidantes.

Ainsi, la demande de ces patients pour une chirurgie réparatrice à une justification fonctionnelle et psychosociale. La chirurgie reconstructrice après une perte de poids importante améliore la perception individuelle de satisfaction dans la vie quotidienne.
La Chirurgie Plastique n’est pas une chirurgie de l’obésité, mais du traitement de ses séquelles.
Lorsque le poids est stable depuis plusieurs mois, soit parce que le patient a atteint le poids désiré, soit parce que la perte de poids stagne, la chirurgie plastique peut intervenir.
La peau qui a été distendue de manière importante a perdu ses capacités élastiques de rétraction. De plus, la distension s’accompagne de larges vergetures, marques indélébiles de la souffrance cutanée liée à l’étirement excessif.
Les résections plus ou moins importantes des volumes cutanéo graisseux à exciser entraînent des cicatrices plus ou moins longues.
Il s’agit donc d’une chirurgie fonctionnelle et esthétique qui va améliorer la silhouette au prix de séquelles cicatricielles, placée dans des zones les moins exposées et cachées dans les vêtements mais longues et définitives.

7 commentaires:

  1. Je dédie cette phrase à Docteur BOUHANNA pour mes réparations (abdominoplastie, lifting des bras et des cuisses, ainsi que le pubis et prochainement une mastopexie)et à mon chirurgien de la bariatrique pour mon by pass...

    "Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur, elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuris".

    Cette phrase résume ce que je vis chaque jour avec mon nouveau corps, celui que j'ai toujours voulu avoir, et que j'ai obtenu sans négliger de manger équilibré, et de bouger...

    Merci de tout coeur, Docteur BOUHANNA

    RépondreSupprimer
  2. La peau distendue, l'inconvénient d'une importante perte de poids, mais cela fait parti des "règles du jeu", et on le sait, seulement pour ma part,l'accepter et vivre avec est autre chose. On est habitué depuis des années à un corps, certes imposant, mais lisse et plein. Et en seulement 1an, un corps très vide et cette étrange sensation qu'il suit mal nos mouvements, des tiraillements.
    Quand on ne supporte plus la ptose, on l'échange facilement contre les cicatrices, qui bien placées savent se faire disrètes.
    La chirurgie réparatrice (en complément la chirurgie de l'obésité) change réellement nos qualités de vie.

    RépondreSupprimer
  3. Amaigrissement, chirurgie de l'obésité, et apres..?
    Et apres on est heureux de rencontrer des chirurgiens comme Dr Alexandre Bouhanna!

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. le 21.03.2007... un by pass avec 150 kilos sur la balance... je suis en obésité morbide... un imc de 49 et des poussières, je porte la taille 58/60...

    le 22.04.2009... une abdominoplastie avec 68 kilos sur la blance... je suis sortie de l'obésité... un imc de 24... je porte du 42...

    le 11.02.2010... un liffing des bras...

    le 21.07.2010... un lifting des cuisses...

    le 21.07.2011... une maxtopexie avec implans...

    la chirurgie réparatrice a changé ma vie... et je suis devenue une femme épanouie...

    RépondreSupprimer
  6. Les années passent, je suis sortie de l'obésité morbide, et je suis en ménopause... j'ai repris 2 kilos et je revis.. sans regret que celui d'avoir connu la chirurgie bariatrique si tard... enfin je suis heureuse...

    RépondreSupprimer

Posez toutes vos questions au chirurgien et vos commentaires sur ce blog.
Des réponses claires et précises seront postées rapidement.