vendredi 25 février 2011

Mode de vie et chirurgie plastique :


Une des principales questions posée par les chirurgiens plasticiens au patient (e) concerne leur habitude de vie : activité physique et régime alimentaire.
Pourquoi cette question est importante dans la prise en charge d’un patient(e) ?.

Premièrement, une bonne hygiène de vie permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé. L’exercice physique est bon pour le cœur, la circulation cardiovasculaire, stimule l’esprit et le mental.
De nombreuses études ont démontré le bénéfice de l’exercice physique sur l’augmentation de l’espérance et de la qualité de vie. Ces bénéfices s’accompagnent même d’une amélioration des rapports humains.

Cette question est par ailleurs essentielle pour le chirurgien plasticien car la chirurgie esthétique, de la silhouette notamment, ne devrait être qu’un aboutissement. Elle ne vient que compléter et optimiser le travail personnel d’une hygiène de vie équilibrée.
En effet, les patients espérant perdre du poids par la liposuccion seront déçus et certains mécontents du résultat.
Dans tous les cas, les bons résultats reposent sur de bonnes indications qui sont fonction de chaque patient(e).

C’est pourquoi, il faut souligner l’importance de l’interrogatoire préalable sur les habitudes de vie. Le recours à la chirurgie n’est que la finalité d’une prise en charge de soi.
Si vous maintenez un poids de forme (calculé selon des abaques*) stable avec un régime alimentaire équilibré (sans être restrictif) et de l’exercice physique régulier, et que vous êtes toujours insatisfait(e) de votre apparence, alors la chirurgie esthétique de la silhouette pourra vous apporter un réelle bénéfice.

La chirurgie elle-même est tributaire de l’état physique et psychologique des patient(e)s et donc de leur hygiène de vie : les interventions sont plus courtes et plus simples, avec des durées opératoires raccourcies. La récupération post opératoire est plus rapide, moins douloureuse avec une réduction du risque de complications.
Cela conforte le conseil d’un effort personnel pour améliorer sa condition, comme un préalable important avant d’envisager un traitement chirurgical.

* Indice de masse corporelle : IMC entre 20 et 25 ; IMC= Poids/Taille2.

5 commentaires:

  1. Valérie TROCHY9 mars 2011 à 20:19

    Il y a quatre ans, j'ai eu la chance d'obtenir un by pass, un outil merveilleux pour les personnes comme moi qui étaient en obésité morbide, à perdre du poids. J'ai perdu beaucoup de poids, la moitié de moi meme, au total 68 kilos, et cette perte de poids a laissé des traces sur mon corps... J'avais le ventre, les cuisses, les bras, la poitrine qui ressemblaient plus à un sharpei plus qu'à un corps... Et quand au bout de deux ans de mal être avec ce corps déformé et une stabilisation de poids, j'ai fait appel à la chirurgie réparatrice, pour me reconstruire physiquement, pour pouvoir en profiter pour mieux bouger. J'ai eu la chance d'obtenir des prises en charge par la sécurité sociale, c'est un peu plus facile quand on vient de la chirurgie bariatrique. J'ai fait une abdominoplastie, pour effacer ce ventre mou, un lifting crural des bras et des cuisses, pour éviter les macérations et mycoses, et cela m'a permis, de voir vraiment un nouveau corps, celui que j'ai toujours rêver d'avoir, et le fait de pouvoir s'habiller dans une taille standard, et de pouvoir bouger, c'est un bonheur...

    Je serais jamais assez reconnaissante envers vous, pour le travail que vous avez effectué, et pour l'entretenir, je bouge et je continue à manger équilibrer, et j'ai un suivi psychologique pour enfin dire c'est beau la vie... et sans hygiène de vie, les opérations que j'ai faites ne serviraient à rien... Et la chirurgie "réparatrice" permet de s'épanouir, mais c'est aussi à nous de faire un effort...

    J'appelle la chirurgie "réparatrice", car pour moi, l'obésité est une maladie que j'ai soigné gràce à un by pass, et vous avez été là apres pour faire de mon corps, celui que j'ai toujours rever..

    C'est merveilleux de passer d'un 56/58 à un 42/44... et pouvoir s'habiller, bouger, vivre...

    Merci beaucoup pour cette aide précieuse, qu'est la chirurgie esthétique...

    RépondreSupprimer
  2. Un petit rajout à mon commentaire...

    Je pense que tout va bien surtout quand on choisi d'être opéré pour un mieux que de subir une opération... Pour ce qui me concerne, j'ai choisi mes opérations et la méthode d'une opération après l'autre que docteur BOUHANNA m'a permis d'apprivoiser mon corps doucement mais surment, j'avais fait mes choix selon les degrês de mes complexes... j'aurais mis presque 3 ans à me reconstruire, et un bonheur que je vis au quotidien...

    RépondreSupprimer
  3. Une bonne hygiene de vie est pour moi primordial. Cela demande des efforts, mais les efforts paient.
    Je pense que la chirurgie esthétique de la silhouette, (ou encore la chirurgie réparatrice après amaigrissement)ne devrait pas apparaitre dans les esprits comme solution de facilité, mais plutôt comme une "récompense" apres des efforts et un travail sur soi, si le mal-être ou l'inconfort persiste. Et alors le résultat qui en découle est d'autant plus jouissif, et apporte bien-être incommensurable, physique avant tout, et psychologique. (Je parle en connaissance de cause.)
    Apres il faut savoir conserver notre nouveau corps: une bonne hygiène de vie, comme le décrit précédemment le dr Bouhanna.

    A.J.

    RépondreSupprimer
  4. Je me permet de donner mon avis personnel sur ce que j'ai pu lire au dessus. Ca ne tient qu'à moi.
    Je ne pense pas que l'obésité soit une maladie mais un état...parce qu'être gourmand, aimer manger, manger de trop et mal se nourrir dépend finalement de nous et de nos choix, comparé à une maladie.
    Elle peut être dans certains cas les conséquences d'autres problèmes, mais ca n'est pas toujours le cas.
    Je me considérais (en souriant) comme une toxicoman de la bouffe. Ca procure du plaisir, tout comme pour un toxicoman, ou un alcoolodépendant. Mais on a surtout de mauvaises habitudes, et c'est finalement la solution de facilité. (il est évidemment moins contraignant de ne pas se surveiller). Obésité n'est pas une fatalité et la preuve, quand on décide de sortir de cet état, on prend les devants, on fait des efforts, une bonne part de motivation et en s'en sort.

    RépondreSupprimer
  5. Dans le cadre d'une éventuelle opération, je vous conseille d'arrêter de fumer, pas 1 ou 2 mois avant, mais bien avant, car c'est vrai que la cicatrisation se passe beaucoup mieux (je l'ai testé et approuvé).

    Le fait de fumer est néfaste pour la santé et pour arrêter s'est pas évident, pour cela votre médecin traitant peut vous aider, ou vous rendre dans un service de toxicologie.

    Cela fait maintenant un an que je fume plus du tout, et ma dernière intervention s'est bien passée comme les autres, mais j'ai pas eu de soucis de cicatrisation.. et je découvre des saveurs que j'avais oubliées.

    RépondreSupprimer

Posez toutes vos questions au chirurgien et vos commentaires sur ce blog.
Des réponses claires et précises seront postées rapidement.